PORSCHE 70 YEARS ~ 14/12/2018 – 27/01/2019

Texte en français ci-après

VAN 14 DECEMBER 2018
T/M 27 JANUARI 2019
AUTOWORLD BRUSSELS

TENTOONSTELLING

PORSCHE 70 YEARS

Sommige automerken blijven tot de verbeelding spreken. Of je er nu een bezit of er als kind over droomde, met hun elegante lijnenspel en vermogen vallen Porsches in de smaak bij jong en oud en bij mannen en vrouwen.
Het merk, dat zeventig jaar geleden door Ferry Porsche werd opgericht in zijn kleine atelier in het Oostenrijke Gmünd, vertrok van de Volkswagen die zijn vader Ferdinand tien jaar eerder had ontworpen, en is in de loop der jaren uitgegroeid tot een – springlevende – mythe.
Over zijn wagen zei Ferry: “Ik keek overal om me heen en vond nergens de auto van mijn dromen. Dus bouwde ik hem zelf!” Die auto was dan ook de eerste die de naam Porsche kreeg.
De voorbije zeven decennia, van de eerste 356 tot de nieuwste hybrides, is Porsche voortdurend blijven evolueren in kracht en schoonheid.

IN AUTOWORLD

De eindejaarstentoonstelling van Autoworld vertelt het hele verhaal van die evolutie aan de hand van een zestigtal wagens. De tentoonstelling werd mogelijk gemaakt door de steun van Porsche Import en het Porsche-museum van Stuttgart-Zuffenhausen, alsook dankzij verscheidene verzamelaars die ons een auto uitleenden.
Om de bezoeker volledig onder te dompelen in het Porsche-universum en de subtiele evoluties daarvan, worden de wagens voorgesteld in verscheidene zones en configuraties.
De originele 356-familie (Keibl, Gmünd, 356 A, 356 B, 356 C) – de allereerste wagens van het merk – worden tentoongesteld in hun niet-gerestaureerde staat.
Een beetje verderop vertellen een twaalftal Porsches op een podium de evolutie van het merk, gaande van de 356 (een Roadster van D’Ieteren), over de 911, 914, 924 en het prototype van de 928 (75 jaar Porsche) tot de 944 en de 968. En ook de Boxster en de Cayenne van de eerste generatie mochten uiteraard niet ontbreken.
De 911 RS (RennSport) krijgen een bevoorrechte plaats. Niet minder dan acht wagens – alle versies! – getuigen van hun technologische en esthetische vooruitgang.
En dan zwijgen we nog over de Speedsters! Van de 356 tot de 991 (Phase II 70 years edition) worden er vijf wagens tentoongesteld.
Bij Porsche zit ook de Autosport diep geworteld in het DNA van het merk. Met negentien zeges in de 24 Uren van Le Mans, is Porsche momenteel ‘s werelds voornaamste constructeur van competitiewagens. Er is dan ook een hele zone aan deze modellen gewijd, met wagens zoals de 917 Psychedelic, de Porsche 935 die vroeger aan Jacky Ickx toebehoorde, de LMP2 en andere exemplaren, het ene nog indrukwekkender dan het andere.
De zone ‘Street Legal’ is gewijd aan racewagens voor de weg, die niet moeten onderdoen voor de competitieafgeleiden. Van de 904 GTS over de 959 tot de huidige 918 Spyder, de GT1 Streetversion en de Carrera GT: zonder twijfel een podium van winnaars!
En vandaag? De expositieruimten op de benedenverdieping van het museum bieden plaats aan de huidige wegmodellen – 718 Boxster en Cayman, 911 991, Panamera, Macan, Cayenne – evenals het gamma competitiewagens en, als kers op de taart, de 991 e-Performance.
De hele tentoonstelling is bovendien aangevuld met historische documenten, oude video’s en schaalmodellen.
Met de tentoonstelling ‘Porsche 70 Years’ sluit Autoworld Brussels het verjaardagsjaar van een van de meest legendarische automerken af!

PRAKTISCHE INFO

Autoworld Museum Brussels
Jubelpark 11, 1000 Brussel
Metro Merode

Openinsguren :
Alle dagen open (7/7) van 10u t/m 17u (zaterdag en zondag tot 18u)

Toegangsticket :
Volwassene : 12 €
Senior : 10 €
Student : 9 €
Kids 6-12 : 5 €

Bezoekersinfo :
www.autoworld.be of +32 2 736 41 65

IN THE PAST : Virtual tour of Ferdinand Porsche 2013 by Panohotline (Michel Block)
______________________________________

DU 14 DECEMBRE 2018 AU 27 JANVIER 2019
AUTOWORLD BRUSSELS

EXPOSITION

PORSCHE 70 YEARS

Il est des marques automobiles qui participent au rêve. Que l’on en possède une ou qu’elle fasse partie des fantasmes de l’enfance, la Porsche attire jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, par l’élégance de ses lignes et sa puissance.
Créée il y a 70 ans par Ferry Porsche dans son petit atelier de Gmünd, en Autriche, sur base de la Volkswagen imaginée par son père Ferdinand dix ans plus tôt, la marque est devenue, au fil du temps, un mythe toujours bien vivant.
De sa voiture, Ferry disait : « Je regardais tout autour de moi et ne trouvais nulle part la voiture dont je rêvais. Je l’ai donc construite ! » Et de fait, c’est également la première voiture à porter le nom de Porsche.
En sept décennies, de la première 356 aux hybrides actuelles, Porsche n’a cessé d’évoluer en force et en beauté.

LES VOITURES DE L’EXPOSITION A AUTOWORLD

C’est l’histoire complète de cette évolution que racontera l’exposition de fin d’année à Autoworld à l’aide d’une soixantaine de voitures. Une exposition qui a pu être mise sur pieds grâce à la participation de Porsche Import et du musée Porsche de Stuttgart-Zuffenhausen, ainsi que grâce aux prêts de nombreux collectionneurs.
Afin de permettre au visiteur de s’immerger dans l’univers Porsche et d’en saisir les subtiles évolutions, les voitures sont présentées dans différentes zones et configuration.
La famille originelle des 356 (Keibl – Gmünd – 356 A – 356 B – 356 C) – les premières – se retrouveront dans leur état d’origine non restaurées.
Près d’elle, rassemblées sur un podium, une douzaine de Porsche retraceront l’évolution de la marque, dont la 356 (une Roadster D’Ieteren), les 911, 914, 924, la prototype de la 928 (75 Years Ferry Porsche), la 944, la 968 mais aussi la Boxter et la Cayenne de la première génération… bien sûr !
Les 911 RS (RennSport) auront une place de choix. Pas moins de huit voitures – toutes les versions ! – démontreront leurs avancées technologiques et de design.
Et que dire des Speedster ! De la 356 à la 991 (Phase II 70 years edition !), cinq véhicules seront présentés.
Chez Porsche, le département Motorsport fait intégralement partie de l’ADN de la marque. Avec 19 victoires aux 24 Heures du Mans, Porsche est actuellement le constructeur mondial le plus important de voitures de compétition. Une zone complète leur est consacrée avec des voitures comme la 917 Psychedelic, la Porsche 935 ex-Jacky Ickx, la LMP2 et d’autres tout aussi impressionnantes.
Les « Street Legal », voitures de sport déclinées pour la route, sont les dignes filles de leurs aînées en compétition. De la 904GTS à l’actuelle 918 Spyder en passant par la 959, la GT1 Streetversion et la Carrera GT : un podium gagnant sans aucun doute !
Et aujourd’hui ? Les espaces d’exposition du rez-de-chaussée du musée accueilleront les voitures actuelles de routières – 718 Boxster et Cayman, 911 991, Panamera, Macan, Cayenne – ainsi que la gamme des voitures de compétition et, cerise sur le gâteau, la 991 e-Performance.
L’ensemble de l’exposition sera ponctué de documents historiques, de vidéos d’époque et de modèles réduits.
Avec l’exposition « Porsche 70 Years », Autoworld Brussels clôture une année anniversaire d’une des plus légendaires marques automobiles !

INFO PRATIQUES

Autoworld Museum Brussels
Parc du Cinquantenaire 11, 1000 Bruxelles
Metro Merode

Heures d’ouverture :
Ouvert tous les jours 7/7 de 10h à 17h
(samedi et dimanche jusque 18h)

Prix d’entrée au musée :
Adultes : 12 €
Seniors : 10 €
Etudiants : 9 €
Enfants 6-12 ans : 5 €

Infos visiteurs :
www.autoworld.be ou +32 2 736 41 65

Dans le passé : Visite virtuelle de l’exposition Ferdinand Porsche
2013 par Panohotline (Michel Block)

FUJIFILM X-T3 review (body)

Généralités.
Alors que le mirrorless faisait l’objet de railleries diverses des “soi-disant pros” de chez Canon et Nikon, ces derniers se dépêchent comme des “carabiniers d’Offenbach” pour fourguer leur mouture de mirrorless  sur le marché …”
Eh oui ! Je suis d’autant plus sévère (j’ai été Nikoniste durant 30 ans …) parce que Canon R copie carrément la fenêtre carré LCD du modèle Fujifilm X-H1 !
Le Nikon Z7 mirrorless échoue lamentablement dans la mode en mise au point “tracking” continu (un coureur cycliste qui vient vers vous).  A la lecture du review du mirrorless Canon R, beaucoup de testeurs parlent d’un canard boîteux … En effet, les commandes du boîtier sont mal positionnées et plus d’un testeurs pestifèrent.  Et le même boîtier Canon R ne possède même pas du 4K 60fps …
Fujifilm est entré lentement mais sûrement dans la “Cour des grands” et les commandes explosent.

TEST du boîtier FUJIFILM X-T3

Le nouveau boîtier est arrivé succédant le modèle X-T2. Alors que la disposition des commandes “old fashioned” reste disponible sous les doigts, le X-T3 révèle des entrailles très améliorées !
Et pourquoi changer ce qui plaît ?

Le frame :
Un CMOS IV 26 mégapixels APS-C de la techologie X-TRANS qui se révèle très performant :  une réponse plus rapide autorise un autofocus également accéléré.

L’écran électronique :
Son viseur est indéniablement une grande évolution : écran oled surdimensionné qui se rapproche très fort d’une vision optique ! EXCELLENT !

Le nouveau processeur :
C’est clair : la puissance de traitement de celui-ci le hisse parmi les meilleurs boîtiers de 2018. Toutes les opérations sont fluides.

L’autofocus :
Là nous parlons d’une tuerie … Quel plaisir de pouvoir fixer au plus vite toute scène; en mode “rafale”, (de 11 à 30 rafales / seconde !!) AUCUNE photo n’est floue à condition d’avoir bien paramétré le mode en conséquence.

La convivialité :
Le boîtier reste relativement difficile d’accès pour le débutant. La disposition des boutons et tourelles physiques est bien pensée et elle est un (bon) reliquat du passé. Un photographe de 30 années d’expérience citera aisément l’aspect convivial à l’instar d’un débutant.

Les fonctionnalités :
Les ingénieurs de Fuji ont poussé le nombre de fonctions à l’extrême … Il y a une surabondance de possibilités que l’on ne maîtrise pas directement car ces fonctions sont souvent propriétaires à Fuji c’est-à-dire inexistantes chez les autres fabricants !
Et c’est tant mieux ! Vous ne serez quelque part limité que par votre propre imagination. La bonne maîtrise de votre Fuji vous en fera découvrir la quintessence. 
Bref, la pléthore des fonctions vous désarme quelque peu dans des menus relativement bien structurés. Et les testeurs et photographes de tous les jours proposent de nouvelles fonctions : Et FUJIFILM écoute ses utilisateurs ! pour exemple : la petite molette pour le réglage de la dioptrie est – ENFIN – verrouillable !!! Merci Fuji !!!

La vidéo :
Quel immense progrès ! Tous les formats CODEC y sont repris. Un des rares boîtiers capable de produire correctement une vidéo 4K UHD au codec H265 pour un résultat de 2610p à 60 fps (NTSC) ou 50 fps (PAL) ; il va s’en dire que l’on doit au moins posséder une dalle 4K du type LG Oled par exemple. Et si vous désirez atteindre le Saint Graal (enfin !), vous pouvez utiliser l’option F-LOG qui n’est que le fichier qui permet de traiter totalement le fichier vidéo (à l’instar du format RAW en rapport au JPEG).
Quelle qualité ! 
Le pendant pour le post-traitement est que votre chaîne hardware soit suffisamment puissante : un processeur i7 d’Intel à 3.4ghz avec 12 gb de mémoire centrale et la possession d’un disque SSD sont indispensables. De plus, vous devez acquérir un bon logiciel de traitement vidéo : Adobe Première pro, Filmora, Cyberlink Powerdirector 17 etc

LES PLUS + :

  • Boîtier de haute qualité : solidité et ergonomie (le “Leica” japonais).
  • Innombrables fonctionnalités.
  • Haute qualité des RAW et JPEG
  • Piqué des objectifs.
  • Autofocus hyper performant ! (++)
  • Vidéo 4K 2160p à 60 fps !!
  • Boîtier tropicalisé.
  • Au départ moins cher que la version X-T2 : cherchez l’erreur …

LES MOINS – :

  • La batterie reste de faible autonomie (sauf si vous possédez le grip).
  • Utilisation quelque peu rebutante pour un nouvel adepte de la photo.
  • Interactions des fonctions qui déroutent parfois la compréhension du fonctionnement (parfois un reset s’impose pour retrouver les valeurs d’usine)
  • La fonction AF de l’écran lcd tactile à l’arrière ne se s’arrête pas lors d’une visée par l’écran électronique (EVF), le bout de votre nez déplace souvent à votre place. (mode choix du point AF)

Bref, je donne aisément un 9 sur 10 !
Michel Block

ALBUM PHOTOS test


*** Remarque importante *** Hormis la possession d’une dalle TV 4K (LG oled 4K), il faut posséder une bande passante internet suffisante (+-/ 140 Mbps testé via FAST ; D’autre part, votre smartTV doit, de préférence être connectée en mode filaire RJ45 ; le WIFI n’est pas préconisé pour sa bande passante très variable.

Cette vidéo est, au départ, un test de l’appareil mais rapidement, j’ai voulu filmer la disparition future des bâtiments communaux (premières scènes). Quand un échevin donne comme argument de démolition que l’acoustique de la “Salle de fêtes” n’est pas bonne ….

Techniquement : cette vidéo a été réalisée avec les paramètres : 4K UHD HEVC H.265 59.94 200mbits mode NTSC écran 16:9 ; Long GOP est “on”  et la mesure est “AREA” ;  Tracking sensitivity +3 & AF SPEED  +2 ; 4K Movie Output to SD. Dynamic range DR100. Film simulation ETERNA / CINEMA ; no output to a F-LOG ; AF touch on lcd is “off”.
Software Cyberlink Powerdirector 17 with output codec XAVC S(ony)


Carte SDXC II classe10 Lexar Professional 300 mb/s 2000x 64gb

Chocoladesalon van Brussel ~ Salon du Chocolat 2019

Van vrijdag 22 tot zondag 24 februari 2019
(openingsavond – donderdag 21 februari 2019)

Voor het 6de jaar op rij keert het Chocoladesalon terug naar Brussel (Tour & Taxis), en wel van 22 tot 24 februari 2019 (openingsavond op donderdag 21 februari 2019).

Het thema dit jaar is Natuurlijkheid maar ook ‘Alle smaken zitten in de Natuur‘.
Smaak‘, want dat is een van de belangrijkste criteria in de keuze van een tablet of praline. Chocolade bestaat in talloze variëteiten: puur, met melk, wit, blond … en nu ook roze! De diversiteit van de smaken is oneindig, afhankelijk van de cacaovariëteit, de streek en de manier waarop de pasta wordt verwerkt.
Natuur‘ omdat “de cacaoboon” – aldus Alexander Van Humboldt – “een werkelijk uniek fenomeen is in de natuur. Nooit eerder vonden we zoveel eigenschappen terug in zo’n klein vruchtje”. Moderne consumenten gaan steeds meer op zoek naar natuurlijke, authentieke en duurzame producten.
Het Chocoladesalon van Brussel innoveert dus maar blijft ook trouw aan datgene waar ze ieder jaar opnieuw bekend om staat:

* Zijn vele exposanten – ambachtelijke chocolatiers en grote namen uit de Belgische en internationale chocoladewereld, specialisten van bean-to-bar (van boon tot reep) en internationale pralinemakers.

* Zijn producerende landen zoals Peru, dat deze overheerlijke, waardevolle boon teelt.

* Zijn dagelijkse modeshow in jurken van chocolade, gemaakt door ontwerpers en ambachtelijke chocolatiers. Ook deze keer zal een vijftiental outfits voor vrouwen, mannen en kinderen een publiek verwonderen dat verzot is op glamour en creativiteit.

* ‘Live’ demonstraties van gerechten met sterrenkoks, gevolgd door een degustatie van bereidingen voor het aanwezige publiek (Pastry Show).

* Zijn conferenties-degustaties met als thema chocolade, nieuwe trends en combinaties van gerechten of dranken en chocolade.

* Zijn vele workshops voor kinderen en volwassenen waarin iedereen zelf de handen uit de mouwen mag steken.

* Zijn signeersessies, zijn tentoonstellingen van chocoladesculpturen, zijn wedstrijden met pralinedoosjes in de prijzenpot, zijn degustaties, zijn combinaties van bier en chocolade en koffie en chocolade …

* … en nog veel andere nieuwigheden die stukje bij beetje onthuld zullen worden naarmate het Salon dichterbij komt.

Praktische info:

Tour & Taxis – Sheds 3 en 4 – Havenlaan 86c / 1000 Brussel
Van vrijdag 22 februari tot zondag 24 februari 2019
Geopend van 10 tot 19 u op vrijdag en zaterdag / van 10 tot 18 u op zondag
Openingsavond: donderdag 21 februari 2019 om 19.00 u.

Website: brussels.salon-du-chocolat.com
Facebook: www.facebook.com/SalonChocolatBE
Instagram: www.instagram/salonduchocolat
Twitter: Twitter: @salonchocolat

ALBUM 2018
______________________________________

BRUXELLES

Du vendredi 22 au dimanche 24 février 2019
(soirée inaugurale – jeudi 21 février 2019)

Pour la 6ème année consécutive, le Salon du Chocolat revient à Bruxelles (Tour & Taxis) du 22 au 24 février 2019 (soirée inaugurale le jeudi 21 février 2019).
Il se déclinera cette année sur le thème de la Naturalité mais aussi « Tous les goûts sont dans la Nature ».

« Goût » parce que c’est l’un des critères les plus fondamentaux dans le choix d’une tablette ou d’une praline. Il en existe de nombreuses variétés : noirs, laits, blancs, blonds … et désormais aussi roses. La diversité des goûts est infinie : d’une variété de cacao à l’autre, d’un terroir à l’autre et suivant l’art et la manière de travailler la pâte.

« Nature » parce que « la fève de cacao est » – selon Alexander Van Humboldt – « un phénomène que la nature n’a jamais répété ; on n’a jamais trouvé autant de qualités réunies dans un aussi petit fruit ». De nos jours, tout ce qui est naturel, authentique, durable est devenu une des principales préoccupations des consommateurs.

Le Salon du Chocolat de Bruxelles innove donc tout en restant fidèle à ce qui, chaque année, fait sa renommée :

* Ses nombreux exposants – artisans-chocolatiers et incontournables grands noms de la chocolaterie belge et internationale, spécialistes du bean-to-bar (de la fève à la tablette) et praliniers internationaux.

* Ses pays producteurs comme le Pérou, qui cultivent cette précieuse fève qui nous régale.

* Son défilé quotidien de robes en chocolat réalisées par des créateurs et des artisans-chocolatiers. Cette fois-ci encore, une quinzaine de tenues pour femmes, hommes et enfants émerveilleront un public friand de glamour et de créativité.

* Ses démonstrations « live » de recettes avec des Chefs étoilés, suivies par une dégustation des préparations pour tout le public présent (Pastry Show).

* Ses conférences-dégustations sur des thèmes liés au chocolat, aux nouvelles tendances et aux accords mets ou boissons et chocolat.

* Ses nombreux ateliers pour enfants et adultes ou tout un chacun pourra mettre la main à la pâte… de chocolat.

* Ses dédicaces de livres, ses expositions de sculptures en chocolat, ses concours pour gagner des ballotins de pralines, sesdégustations, ses accords bière et chocolat et café et chocolat

* … et plein d’autres nouveautés qui seront dévoilées au fur et à mesure à l’approche du Salon.

Infos Pratiques :

Tour & Taxis – Sheds 3 et 4 – Avenue du Port 86c / 1000 Bruxelles

Du vendredi 22 février au dimanche 24 février 2019
Ouvert de 10h à 19h le vendredi et le samedi / de 10h à 18h le dimanche

Soirée inaugurale : jeudi 21 février 2019 à 19h00 

Site web : brussels.salon-du-chocolat.com
Facebook : www.facebook.com/SalonChocolatBE
Instagram : www.instagram/salonduchocolat
witter : @salonchocolat

ALBUM 2018

BMW M1 40TH ANNIVERSARY @ Autoworld 2018


29/09/2018 > 04/11/2018

IN THE SPOTLIGHT: BMW M1 40TH ANNIVERSARY
Omschrijving (vlaams)
In de jaren zeventig was BMW opgeklommen tot het premium-segment. Het Beierse merk droomde van een eigen sportwagen die de concurrentie zou kunnen aangaan met de tenoren in het supersportwagen-segment. BMW was reeds zeer succesvol in de tourwagen-races, dus moest die nieuwkomer ook ingezet kunnen worden op het circuit. Voor homologatiedoeleinden dienden er minimaal 400 stuks van de straatversie worden gebouwd.

De voorloper van de BMW M1 was de BMW Turbo met vleugeldeuren en middenmotor, ontworpen door Giugiaro en zijn bedrijf Ital Design.

Er werd getwijfeld tussen een acht- of twaalfcilinder motor. Uiteindelijk werd ervoor gekozen de bestaande M30 3,5 l zescilinder als basis te gebruiken. Er werd een nieuwe cilinderkop ontwikkeld, een mechanische benzine-inspuiting gemonteerd en een droge-carter smering voorzien. Aanvankelijk zou met Lamborghini worden gewerkt voor de productie, maar dat merk was in moeilijkheden geraakt en daarom werd op carrosseriebedrijf Bauer beroep gedaan voor de eindmontage. Er werden tot 1981 slechts 453 M1 straatversies geproduceerd. Daarvan werden er 20 omgebouwd voor het BMW M1 Procar kampioenschap. Hij groeide uit tot een iconische auto, en is één van de meest zeldzame modellen uit de BMW geschiedenis.

In oktober zullen een tiental van deze M1’s, waaronder enkele zeldzame racewagens, opgesteld staan in Autoworld. [ BRON ]
______________________________
29/09/2018 > 04/11/2018
IN THE SPOTLIGHT: BMW M1 40TH ANNIVERSARY

Description (français)
Dans les années septante, BMW fait son entrée dans le segment haut de gamme. La marque bavaroise rêve d’un bolide capable de rivaliser avec la concurrence et les ténors du segment des super sportives. BMW est déjà très populaire dans les courses de voitures de tourisme. La nouvelle venue doit donc aussi pouvoir être utilisée sur circuit. À des fins d’homologation, au moins 400 unités de la version civile doivent être produites.

La BMW Turbo avec portes-papillon et moteur central, conçue par Giugiaro et sa société Ital Design, annonce la BMW M1.

Le constructeur hésite entre un moteur huit ou douze cylindres. Finalement, la décision est prise d’utiliser comme base le six cylindres M30 de 3,5 l existant… Mais avec une nouvelle tête de cylindre, une injection d’essence mécanique et une lubrification par carter sec. ont l’origine, Lamborghini doit participer à la production, mais cette marque connaît des difficultés et le constructeur se tourne dès lors vers la carrosserie Bauer pour le montage final. À peine 453 versions civiles de la M1 sont produites jusqu’en 1981 – dont 20 transformées pour le championnat BMW M1 Procar. Cette voiture est aujourd’hui emblématique et compte parmi les modèles les plus rares de l’histoire de BMW.

En octobre, une dizaine de ces M1, dont quelques rares voitures de course, seront exposées à Autoworld. [ SOURCE Autoworld ]
______________________________
29/09/2018 > 04/11/2018
IN THE SPOTLIGHT: BMW M1 40TH ANNIVERSARY

Description (english)
In the seventies BMW had risen into the premium segment. The Bavarian brand dreamed of its own sports car that could take on competition with the big names in the super sports car segment. BMW was already highly successful in touring car races, so it also had to be possible to deploy that newcomer on the track. For homologation purposes at least 400 units of the street version had
to be manufactured. The forerunner of the BMW M1 was the BMW Turbo, with gull-wing doors and mid-engine, designed by Giugiaro and his company Ital Design.

There was indecision between an eight-cylinder or twelve-cylinder engine. Ultimately the existing M30 3.5 L six-cylinder was chosen as the basis. A new cylinder head was developed, mechanical petrol injection was installed, and the car was equipped with dry-sump lubrication. Initially there was to be collaboration with
Lamborghini for production, but that brand had encountered difficulties and so the Bauer bodywork company was called upon for the final assembly. Until 1981 only 453 M1 street versions were produced. Twenty of these were refitted for the BMW M1 Procar championship. It became an iconic car, and is one of the rarest
models in BMW history.

In October ten of these
M1s, including several rare race cars, will be displayed at Autoworld.
Autoworld website ]

ALBUM